Le visage de la place des Reflets et de tout le quartier évolue et change progressivement avec les nombreux projets portés par l’établissement public gestionnaire et aménageur du quartier d’affaires, Paris La Défense. La tour Aurore se refait une beauté, les espaces publics vont être réaménagés, mais pas seulement.

Le centre commercial « Buref » construit dans les années 70, abandonné depuis des années devrait lui aussi faire peau neuve. Le maître d’ouvrage Paris La Défense a ainsi lancé un appel à projet dans le but de démarrer les premiers gros travaux du centre comme la démolition ou le désamiantage, mais également les travaux de serrurerie ou encore d’électricité.

Les travaux de démolition qui suivent comprennent « l’ensemble des démolitions intérieures et extérieures, compris évacuations » souligne le règlement de consultation.

Après cette première étape, le centre commercial devrait laisser la place à un centre de santé flambant neuf. Imaginé par le cabinet parisien Hélène Fricourt-Cassignol Architectes, le centre devrait faire plus de 1 000 m² avec une maison de santé, un centre d’imagerie et une pharmacie. Les espaces publics à proximité, sur les terrasses des Reflets ou sur la dalle pourraient eux aussi être requalifiés.

Le centre commercial Buref, situé au cœur du quartier des Reflets avait été construit en 1972 entre les différents niveaux de dalles. Mais depuis de nombreuses années, il reste inoccupé. Quelques projets avaient été imaginés pour lui redonner vie. À la fin des années 2010, le centre commercial, d’après le projet imaginé par Arte Charpentier Architectes aurait pu laisser place à une tour appelée Le Praetorium.

Le cabinet d’architecte la décrivait alors sur son site internet comme « un volume de verre sculpté au cœur de la Défense ». Le projet prévoyait la démolition du centre et la construction d’une tour de huit étages surplombés d’une terrasse en bois de 1 000 m². Avec une livraison prévue pour 2009, Le Plaetorium a finalement vu le jour sous le nom d’Euronext. Paris La Défense décrit la tour sur son site internet comme le ” premier immeuble du programme de relance du quartier d’affaires, lancé en 2005″. D’ajouter “Euronext remplace l’immeuble Bostik-Tetris construit en 1983 par Henri La Fonta”.

Le projet porté par Paris La Défense reste donc de rénover ses locaux vieillissant d’une surface de plancher de 1 170 m² en créant en lieu et place un centre de santé en lien avec l’hôpital Foch à Suresnes. En tant que maître d’ouvrage du projet, l’établissement public a publié un appel d’offre, dont les candidatures peuvent être déposés jusqu’au 17 février 2020 à 12 h pour trouver l’entreprise qui travaillera sur le projet.

« Le présent marché a pour objet la réalisation de travaux pour la rénovation et la transformation des locaux « Buref » en un centre de santé à la place des Reflets – La Défense » indique le règlement de consultation de l’appel d’offres. Parmi les premiers travaux, le curage qui consiste à retirer les éléments non-porteurs dans le bâtiment et le désamiantage des locaux. Les travaux de démolition qui suivent comprennent « l’ensemble des démolitions intérieures et extérieures, compris évacuations » souligne le règlement de consultation.

Pour relier les deux niveaux depuis le patio, « la création d’un ascenseur et d’un escalier permettant une distribution verticale entre le niveau entrepont et le niveau dalle » est prévue dans le projet.

Le document liste ensuite les travaux à réaliser, « gros-oeuvre charpente métallique, étanchéité, façades, serrurerie, électricité courants forts et courants faibles, plomberie […] ascenseur » ainsi que l’« aménagement du patio, terrasse végétalisée, réaménagement des abords immédiats du bâtiment ».

« La complexité du projet et la réalisation des travaux dans un espace réduit et fortement contraint nécessitent des compétences techniques et organisationnelles justifiant le recours à une entreprise générale spécialisée dans ce type d’opération et structurée en conséquence » indique Paris La Défense dans son règlement de consultation.

Du centre de santé qui pourra voir le jour après la réalisation de l’ensemble de ces travaux, le cabinet parisien Hélène Fricourt-Cassignol Architectes explique d’ores et déjà qu’il « s’agit d’insérer dans un volume existant résiduel, situé entre dalles sur plusieurs niveaux, un pôle médical au service des utilisateurs et passants de La Défense ».

Deux niveaux sont présentés dans le cahier des prescriptions communes de Paris La Défense publié en octobre 2019. Dans les pièces graphiques architecte, le niveau dalle accueillera un centre médical de 574,7m2 avec plus de 35m2 de locaux techniques. Au même étage, une pharmacie de 180,4 m². « Les locaux sont desservis par un cheminement piéton (dont le réaménagement partiel est prévu dans le présent projet) reliant le grand axe de La Défense à la place des Reflets » indique le document.

Le niveau inférieur, appelé entrepont, « se positionne au-dessus d’un étage de parking (en service), dont une partie en mezzanine, et sous le futur centre de santé à aménager au niveau dalle » souligne les pièces graphiques architecte. Il accueillera un centre d’imagerie médicale de 442,5 m² avec de la même façon que dans le centre médical, 34m2 de locaux techniques.

Au-dessus du centre commercial Buref, une verrière « servait d’éclairage naturel pour le hall d’entrée ». Elle serait ainsi supprimée pour laisser la place à une terrasse végétalisée.

De l’accessibilité de ce niveau, les pièces graphiques architecte explique : « les locaux sont desservis, à l’est, par l’entrepont Reflets, via la voie des bâtisseurs située au sud. Cet accès est uniquement routier, le public n’étant pas amené à circuler à pied à ce niveau. Les accès par l’entrepont seront donc uniquement pour les ambulances, pour les livraisons, ou pour les accès pompiers ».

Pour relier les deux niveaux depuis le patio, « la création d’un ascenseur et d’un escalier permettant une distribution verticale entre le niveau entrepont et le niveau dalle » est prévue dans le projet. Au-dessus de l’ancien centre commercial Buref, une verrière « servait d’éclairage naturel pour le hall d’entrée du centre commercial Buref, au-dessus des escalators ». Elle serait ainsi supprimée pour laisser la place à une terrasse végétalisée.

L’entreprise en charge de la première phase des travaux devra donc aménager les abords directs suite aux travaux. Des aménagements futurs, le dossier des plans d’aménagements dispose : « Au niveau de la terrasse, un jardin de sedum accompagne l’ouverture sur le patio à la manière d’un grand tapis végétal. Ce jardin de sedum remplace le sol actuellement recouvert de galets ».

Le maître d’ouvrage rappelle que pour la première phase du projet, « le candidat doit prendre connaissance des lieux, du site et de son environnement, de l’importance et de la nature des prestations à effectuer et de toutes les difficultés et sujétions pouvant résulter de leur exécution ». Paris La Défense rappelle donc dans le règlement de la consultation que, « la visite du site est obligatoire avant de soumettre une offre ».

Des critères d’évaluation, le maître d’ouvrage détaille également dans le règlement de la consultation des dispositions comme les « mesures pour assurer la sécurité, l’hygiène et la propreté du chantier » ou les « mesures prises pour la protection de l’environnement ».

« Les délais d’exécution des travaux sont de huit mois, compris période de préparation » précise Paris La Défense, ils pourraient donc prendre fin dans le courant de l’année 2020. La charte chantiers à faibles nuisances dispose des règles à respecter sur ce chantier. « Le chantier sera organisé pour respecter la réglementation concernant les bruits de voisinage et les arrêtés municipaux complémentaires pouvant être pris pour la lutte contre le bruit » indique la charte devant être signée par l’entreprise.

Un projet qui s’inscrit dans le projet plus globale de rénovation et de redynamisation du quartier des Reflets. Sur l’esplanade Nord, de nombreux projets voient le jour.

Les plages de travaux sont limitées durant la durée du chantier, de 7 h à 20 h, et « l’entreprise s’abstiendra de se livrer à des interventions bruyantes entre 12 h et 14 h » ajoute Paris La Défense. Le coût estimé de cette opération n’a pas été dévoilé, mais le cabinet d’architecte évalue de son côté la création du centre de santé à 3, 9 millions d’euros.

Un projet qui s’inscrit dans le projet plus global de rénovation et de redynamisation du quartier des Reflets. Sur l’esplanade Nord, de nombreux projets voient le jour avec notamment la rénovation de la tour Aurore dont les travaux devraient prendre fin en 2021 (voir notre édition du 11 décembre). Des aménagements sont prévus pour fluidifier notamment le passage entre les deux niveaux de la dalle à cet endroit.